La nécessaire évolution des droits de l’homme

En 2012, j’écrivais l’article suivant : Les fumeux droits de l’homme. Je le mets sur ce site sans rien y modifier. Après cinq années de lectures supplémentaires, de découvertes, de compréhension accrue sur certains points ; après surtout la relecture le mois passé du Nouvel Ordre écologique de Luc Ferry, je souhaite retravailler et peaufiner mon point de vue. À savoir qu’à ce jour, je n’ai pas encore lu Le Principe responsabilité d’Hans Jonas ; mon avis pourrait donc fortement changer dans les années à venir. Continuer la lecture de « La nécessaire évolution des droits de l’homme »

Ancien article : Les fumeux droits de l’homme

Ci-dessous, vous trouverez un article écrit en octobre 2012. Je le publie ici sans rien y modifier. On trouvera un complément d’idées dans l’article suivant : La nécessaire évolution des droits de l’homme. Le qualificatif fumeux dans le titre de cet ancien article était sans doute maladroit.

Bonne lecture à tous !

P-W Continuer la lecture de « Ancien article : Les fumeux droits de l’homme »

Citation de la semaine : Pierre-Henri Gouyon et les travers d’un matérialisme absolutiste

« Notre culture a toujours eu du mal à séparer ce qu’est la matière en elle-même et ce qui peut en émerger, comme le feu. Le même problème se pose avec d’autres émergences comme la psyché ou l’information, le libre-arbitre. Est-ce que l’émergence existe en soi ? Est-ce qu’on peut la qualifier de matérielle ? Si on dit qu’une émergence n’est pas strictement matérielle, est-ce que notre science est capable de la reconnaître ? Quel statut devrait-on lui donner ? C’est là l’une des grandes difficultés de la science moderne. Continuer la lecture de « Citation de la semaine : Pierre-Henri Gouyon et les travers d’un matérialisme absolutiste »

Citation de la semaine : Jean-Marie Schaeffer sur le terme d’animalité

« Le terme d’« animalité » ne vise nullement à abaisser l’être humain et ne traduit aucune vision « nihiliste » de l’identité humaine . D’abord, si quelque chose est susceptible de nous « abaisser », ce sont nos comportements effectifs plutôt que notre appartenance à tel ou tel mode d’être. Or il se trouve – hélas pour nous – qu’une bonne partie de nos comportements les plus destructeurs et autodestructeurs ne relève pas des caractéristiques que nous partageons avec les autres animaux, mais de celles qui sont le propre de l’homme. » (p. 140)

Continuer la lecture de « Citation de la semaine : Jean-Marie Schaeffer sur le terme d’animalité »