L’Antre de mémoire

Bonjour à tous,

En octobre 2017, après avoir lu plusieurs revues et regardé divers documentaires consacrés aux révolutions russes de 1917, j’écrivais la poésie ci-dessous.

Entre les idéaux et leur mise en pratique règne toujours une répulsion, pareille à une opposition magnétique, car la réalité farouche ne semble guère vouloir entrer dans la cage de l’utopie. Mais cette réalité récalcitrante, c’est avant tout la constitution même de l’animal humain, et les actes saboteurs ou inhumains qui en découlent…

 

« Dès ses libertés chéries à portée de main, l’animal révolutionnaire s’en parfume pour mieux séduire ses prochains tyrans. »

Sénepse

Antre de mémoire

Grêle isba drapée de neige
Grimoire âpre et grelotant
Où, gravé dans les os grèges
Craque l’effroi de cent ans

Tes racines sacrilèges
Se contractent redoutant
Des morts l’enterré siège
Et leurs feues folies d’antan

Tu as tout souffert d’autant :
Atrocités, fureurs, haines
Pour les libertés humaines

Sous l’étendard des sans-chaîne
L’hiver mental se déchaîne…
– Poète, à quand le printemps ?

P-W

Copyright © Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.