L’an neuf

Bonjour, bonjour,

À l’heure des bons vœux, il me semble convenu d’exprimer les miens… « Bons » ? « Vœux » ? Bof, ce dernier mot est trop entaché de religion (définition au CNRTL). Les bons vœux sont des coutumes auxquelles je ne suis pas coutumier. Je les trouve un peu trop costumiers, juste bons à masquer les individus lors de la ronde annuelle du jour un de l’an neuf. Et puis, si la Terre mettait moins de temps à parachever sa révolution, nous devrions sacrifier moins souvent à ce rite ; et par corrélation – mais d’aucuns y verront un lien de causalité –, il ferait un peu plus chaud sur Terre.

Donc, aucun bon vœu. Ni même de bonnes résolutions, trop galvaudées. Plutôt de vraies résolutions, dans le sens de l’optique physique et de la médecine. Oui, gageons davantage sur la résolution de l’esprit critique, sur l’augmentation de son acuité. Misons sur l’esprit critique pour la résolution d’un épanchement inquiétant de pensée magique. Focalisons-nous sur la résolution de problèmes réels, par le biais de la communication et/ou de l’action.

Allez, petite Terre. Prépare-toi à une nouvelle révolution. L’an prochain, les humains seront peut-être un peu mieux éclairés par les lumières de la raison… mais j’en doute.

Rituel oblige : Bonne année 2018 à tous !

Cyniquement vôtre,

P-W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.